• Petit traité de désobéissance civile - Chapitre 1

    Petit préambule : Vous l'aurez compris à ce titre, cet article n'est que le premier d'une série destinée à vous tenir informés de nos démarches de résistants citoyens. Nous développerons quelques idées, que nous mettrons en application, et dont nous vous tiendrons au courant des résultats au fur et à mesure. Si l'une de ces joyeuses actions vous tente, n'hésitez pas à copier ou à vous inspirer. Plus nous serons nombreux à être pénibles, plus ils finiront par accepter d'écouter nos revendications. Et s'ils ne le font pas, ça nous défoulera un peu du stress qu'ils peuvent parfois causer aux familles qui ne scolarisent pas.

     

    Difficile de l'ignorer pour les parents concernés, la Ministre du grand machin national vient de signer un torchon.

    Pour rappel, le voici :

    Décret illégal et flou mais qu'on ose publier quand même

    Chez nous, ce fut la goutte d'eau dans un vase qui débordait déjà. Inutile de vous dire que ça fait donc un peu trop d'eau.

    En attendant que ce décret, qui ne manquera pas d'être attaqué en justice, retourne dans le trou des cabinets (ministériels) dont il n'aurait jamais dû sortir, nous avons choisi la voie de la résistance citoyenne. Tant que ce décret est en application (et plus encore si la loi actuellement en discussion est votée, mais nous y reviendrons le cas échéant), notre stratégie est devenue celle de l'emmerdement maximum.

    Madame la future-virée-de-son-poste a décidé de donner raison à  l'incompétence, à décidé de graver dans le marbre républicain que l’Éducation Nationale échouait mais que ces méthodes étaient désormais la seule alternative. Que les IEF et les écoles hors-contrat devraient désormais se plier aux diktats, exigences et programmes de l’Éducation Nationale. Ceci sans débat contradictoire avec qui que ce soit.

    Soit ! Nous en prenons acte.

    Mais il ne faudra pas s'étonner si cela décuple notre désir de nuisance. Madame la future-renvoyée-y'a-plus-que-quelques-mois-à-tenir veut jouer avec la loi ? Elle veut la tordre pour avoir toujours raison ?

    Et bien, prenons-là à son propre jeu. Désormais, chez nous, nous demanderons l'application stricte et entière de la loi.

    La loi, toute la loi et rien que la loi !

    Voici donc quelques petites idées que nous allons appliquer. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à vous servir.

     

    Chapitre 1 : Écrire à la ministre

     

    Écrire à la ministre, c'est bien beau mais encore faut-il avoir quelque chose à lui dire, me gronderez-vous. Vous n'avez pas tort mais vous allez voir que nous avons très légitimement quelques comptes à lui demander de rendre.

    Il se trouve que le Code de l'éducation recèle dans une simple phrase un petit trésor que nous allons nous empresser d'exploiter.

    Vous pouvez me faire confiance mais si vous préférez vous en assurer par vous-même, c'est ici :

    Extrait du code de l'éducation

    Une lecture attentive (ou même pas attentive d'ailleurs) vous permettra d'apprendre que la loi stipule:

    "Le Gouvernement présente tous les trois ans au Parlement un rapport sur la manière dont les programmes prennent en compte le socle commun et sur la maîtrise de celui-ci par les élèves au cours de leur scolarité." (Art. L122-1-1, 3ème alinéa)

    Il faut savoir que le socle commun est inscrit dans la loi depuis 2005. C'est pas moi qui le dit, c'est eux :

    Site du ministère

    Ce qui signifie qu'à ce jour, nous devrions pouvoir consulter les rapports adressés par le gouvernement au parlement en 2008, en 2011 et en 2014. Le prochain sera remis au cours de l'année 2017 (n'en doutons pas !).

    Vous me croirez si vous voulez mais après des recherches fouillées sur le site du ministère, comme sur celui de l'assemblée, je n'ai trouvé aucune trace de ces rapports.

    Comment ? Serions-nous en droit de soupçonner qu'ils n'existent pas ?

    Et bien, non ! Ce n'est pas un soupçon ! Pour ce qui concerne au moins le premier, nous en avons la PREUVE. Et une preuve irréfutable puisqu'elle émane de travaux parlementaires :

    Le rapport d'information n°2446, déposé par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion des travaux de la mission sur la mise en œuvre du socle commun de connaissances et de compétences au collège, et présenté par M. Jacques Grosperrin, député.

    (C'est le titre ! Oui, je sais, c'est long mais au moins, on ne viendra pas m'accuser de ne pas savoir d'où viennent mes sources.)

    Si vous en avez le temps, vous pouvez en lire l'intégralité, il est fort instructif. Mais pour aller plus vite, je vous retranscris le passage qui nous intéresse.

    C'est à la page 47 :

    " 1 - Un Parlement informé de la mise en œuvre du socle commun

    La mise en œuvre du socle commun devait être évaluée dans le cadre d’un rapport présenté tous les trois ans par le Gouvernement au Parlement. Comme cela a déjà été indiqué, cette exigence, figurant à l’article L. 122-1-1 du code de l’éducation, n’a jamais été satisfaite.

    Ce n’est jamais bon signe lorsque le droit d’information du Parlement n’est pas respecté. C’est encore moins acceptable lorsque l’information demandée concerne un enjeu essentiel : le respect des objectifs assignés par le Parlement à l’instruction obligatoire, c’est-à-dire de principes fondateurs pour la démocratie et la cohésion nationale et sociale.

    Il est impératif que la loi soit appliquée et que le Parlement dispose d’éléments d’information précis, tant sur le plan statistique que qualitatif. Lui devraient être ainsi communiquées, dans un rapport distinct du document budgétaire accompagnant les crédits de la mission « Enseignement scolaire », des données chiffrées sur la maîtrise du socle commun par les élèves aux différents paliers d’évaluation actuellement retenus (CE1, CM2 et Troisième), auxquels il conviendrait d’ajouter un palier supplémentaire au collège. En effet, une seule évaluation, en fin de Troisième, pour quatre années d’enseignement, c’est un peu court. Aussi une évaluation des acquis des élèves en Cinquième, année qui vient après celle de l’entrée au collège et précède les deux années conduisant au brevet, pourrait-elle s’avérer opportune.

    Ce rapport devrait également accorder une large place à l’appréciation qualitative de la mise en œuvre du socle. En particulier, l’analyse, demandée par le législateur, de la prise en compte du socle commun par les programmes devrait mettre en évidence la part qu’y occupent les thématiques interdisciplinaires. Cet « indicateur » devrait être accompagné d’un commentaire sur le volume de formation initiale et continue des enseignants consacrée au socle commun et d’une présentation des outils pédagogiques d’acquisition et d’évaluation des compétences que le ministère de l’éducation nationale juge être de « bonnes pratiques ».

    On l’aura compris : l’élaboration et la présentation de ces rapports d’évaluation doivent servir « d’aiguillon », afin de donner une impulsion forte à l’appropriation du socle commun par le ministère de l’éducation nationale et ses agents."

    C'est écrit, c'est acté, c'est archivé dans les armoires de la République. Nos gouvernements ne respectent pas la loi. (Si nous étions tatillons, nous pourrions presque dire que ça leur enlève toute légitimité)

    Ce rapport date du 7 avril 2010, ce qui nous permet d'affirmer que le premier de ces rapports n'a jamais été produit.

    Pour ce qui concerne ceux de 2011 et de 2014, nous n'avons pas de preuve (même si on se doute bien que la cote du cheval ne doit pas être bien haute et qu'on peut prendre le pari sans grand risque). Ils sont introuvables mais peut-être que c'est seulement parce que nous ne savons pas chercher. C'est certainement cela parce qu'on ne peut pas imaginer qu'un tel rappel à l'ordre de la représentation nationale soit resté lettre morte.

    C'est pourquoi, nous allons nous empresser de demander à Madame la tenante-du-titre-sortante de nous éclairer sur ces derniers rapports que ses services ont remis au parlement il y environ une cinquaine et une deuzaine d'années.

    Où sont ces rapports, Madame l’Éducatrice Nationale ? Je suis friand de les lire, je trépigne déjà d'impatience de me plonger dans la prose enchanteresse qui s'écoule comme un torrent de lait de la plume rigoureuse de vos hauts-fonctionnaires.

    Car, en effet, nous ne pouvons pas imaginer qu'on cherche à nous imposer un socle commun dont les effets n'auraient jamais été évalués, alors que ce principe était prévu selon un rythme triennal par le législateur dès sa création.

    J'ai donc envoyé mon petit courrier de citoyen qui aimerait bien qu'on lui fournisse les documents que la loi exige. Je vous le livre ci-après :

     

    Je ne manquerai pas de vous faire part de la réponse ou de l'absence de réponse, selon le cas. Et je ne doute pas une seconde qu'en cas de réponse, nous devrions bien nous amuser. [Attention, ne nous emballons pas ! Ce courrier n'est pas destiné à gagner la bataille. Si les services du ministère sont malins, ils trouveront la parade (Je l'ai trouvée moi-même et, de ce fait, j'ai une réponse toute prête). Ce courrier a pour seul but de montrer à la ministre et à sa clique qu'ils viennent d'ouvrir la boîte de Pandore.]

    Si vous aussi vous souhaitez exercer votre droit (votre devoir ?) de citoyen résistant, piochez allégrement ce qui vous sied et envoyez votre petit courrier.

    Il est temps de faire comprendre à ces belles dames et beaux messieurs que dans une démocratie, ils doivent nous rendre des comptes.

     

    Petit teaser : Dans le Chapitre 2 de ce Petit Traité de Désobéissance Civile, nous verrons comment (et pourquoi ?) réclamer son dossier complet à son DASEN.

     

     

     

     

     

    « Lettre ouverte à la Ministre des contrôlesLa cohérence des institutions »

  • Commentaires

    1
    Emilie Oum Kalthoum
    Mercredi 2 Novembre 2016 à 19:53

    J'aimerais voir la tête de la ministre quand elle va lire la lettre lol

      • Lila
        Vendredi 4 Novembre 2016 à 01:52

        Ça m'étonnerait qu'elle l'ait un jour entre les mains, tu sais, ils doivent avoir une corbeille spéciale : "réclamation de citoyens qui pensent encore qu'ils ont leur mot à dire et qu'on est dans une démocratie." ^^

      • Vendredi 4 Novembre 2016 à 10:01

        Vous avez raison, Lila. Il est évident qu'elle ne la lira jamais. Mais l'important n'est pas là. L'important est dans la réponse ou l'absence de réponse. C'est un piège grossier dans lequel le ministère est obligé de tomber. Quelle que soit la réaction, elle nous servira d'arme pour plus tard. Mais nous y reviendrons. ;)

    2
    Christophe
    Jeudi 3 Novembre 2016 à 21:06

    Merci pour ce travail de recherche et pour le partage de ces infos cruciales. Vivement la réponse et le chapitre 2 !

      • Vendredi 4 Novembre 2016 à 10:04

        Repérer, dénoncer et informer des turpitudes de nos responsables est pour moi un plaisir.

    3
    Theophene
    Jeudi 3 Novembre 2016 à 21:43

    j'adore l'idée de les em......der au maximum

    j'en suis :-)

      • Lila
        Vendredi 4 Novembre 2016 à 01:56
        Lila

        Ce qui les e***rderait vraiment, serait qu'un jour, tout d'un coup, les gens décident en masse de ne plus aller au travail, toucher le RSA, et arrêter de consommer pour cultiver son potager. Ça, ça les e***rderait vraiment.
        Pour le reste...

      • Vendredi 4 Novembre 2016 à 10:02

        Participez au jeu avec plaisir, Theophene ! Plus nous serons de fous, moins ils auront envie de rire.

    4
    Lauriane
    Vendredi 4 Novembre 2016 à 07:59

    On se bat déjà dans notre quotidien pour notre micro-ferme bio et pour le développement de l'agro-écologie. On fait aussi l'école à la maison et j'admet qu'il est difficile d'être sur tous les fronts. Un grand Merci pour ce traité de désobéissance et les suivants, qui pour le coup me facilite grandement la vie afin que notre famille puisse aussi faire sa part. Amicalement

      • Vendredi 4 Novembre 2016 à 10:06

        Si ces quelques lignes peuvent vous être utiles, j'en suis le premier ravi. :)

      • Lauriane
        Mardi 8 Novembre 2016 à 07:08

        J'ai une journaliste, Virginie Schaeffer, de Tonic Magazine qui m'a contacté suite à mon partage du traité de désobéissance, je l'ai tout naturellement renvoyé vers vous ;-)

      • Mardi 8 Novembre 2016 à 18:51

        Merci à vous, Lauriane. J'attends de ses nouvelles. :)

    5
    Cecile
    Vendredi 4 Novembre 2016 à 09:10

    Bonjour

    Je suis contente de voir la créativité dans la résistance et je suis pour cette action.

    Ce n'est donc pas le fond que je critiquerais mais la forme avec une divergence de compréhension de la loi citée : de mon point de vue la loi (les rapports à soumettre) n'est pas sensée vérifier la valeur du socle mais plutôt l'adéquation du programme avec le socle. Ce qui fait qu'on peut tout de même écrire mais j'aurai plutôt dit que si l'on n'est pas assuré, par les rapports,  que les programmes correspondent bien au socle alors on ne voit pas pourquoi on exigerait quoique ce soit de nos enfants et de nous, parents instructeurs (avec les même arguments démocratiques présents dans la lettre).

    Merci de partager ces idées de désobéissance civile

    Cécile

      • Vendredi 4 Novembre 2016 à 10:18

        Votre interprétation est intéressante et sans doute assez juste. Mais cela n'a de toute façon pas d'importance car je vous expliquerai dans un prochain article comment les politiques, sur ce point, se sont arrangés pour éviter de rendre des comptes. Mais n'en disons pas trop ! Gardons le suspens et surtout, laissons chercher les petites mains du ministère. :)

    6
    plouf_le_loup
    Samedi 5 Novembre 2016 à 08:52

     oui !!! Excellent ! Quelle que soit la réponse, elle va se prendre les pieds dans un tapis, sous un angle ou un autre... Même en changeant la loi qui les contraints à rendre des compte, ils n'effaceront pas le passé. Nous sommes un peu une souris prise aux griffes du chat, un peu condamnés à moins d'un coup inattendu, alors autant essayer de mordiller un peu le chat...

      • Samedi 5 Novembre 2016 à 11:04

        Hé, hé, vous avez compris tout le principe. :) N'importe quelle réponse et même absence de réponse sera versée au dossier. On ne va pas se contenter de mordiller le chat, on va tâcher de lui inoculer la peste. :)

         

    7
    Samedi 5 Novembre 2016 à 09:19

    Yep ! Haut les coeurs ! Bravo pour ce courrier !

      • Samedi 5 Novembre 2016 à 11:05

        Merci ! Bien heureux de votre soutien. Il est de ceux qui comptent !

    8
    Stef
    Samedi 5 Novembre 2016 à 10:41
    Merci, ça fait du bien à lire et presque sourire malgré le sujet .
      • Samedi 5 Novembre 2016 à 11:07

        Et on n'a pas fini de se faire du bien et de sourire. Ce n'est que le début. ;)

    9
    reine
    Samedi 12 Novembre 2016 à 22:13

    que c'est bon !! :) Merci

     

    10
    Sou
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 00:06

    Merci pour cette série d'articles. J'avais justement décidé de me lancer dans une carrière de chieuse, voila qui va m'aider à démarrer ma petite entreprise... ;)

    11
    Mercredi 11 Janvier à 11:51

    Merci pour cette série d'articles qui je n'en doute pas vont toutes et tous nous inspirer !

    12
    Armelle
    Samedi 25 Février à 19:40

    Et vous avez eu une réponse ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :