• Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    ... l'organisation de la légion

     

     

    La république romaine, puis l'empire, ont développé une civilisation très militarisée. La carrière politique était indissociable de la carrière des armes et nul ne pouvait prétendre à de hautes fonctions s'il n'était pas un grand général.

    Le fer de lance de la domination de Rome sur le reste du monde résidait dans ses légions. D'une discipline exemplaire, parfaitement organisée, continuellement entraînée, la légion était l'armée la plus puissante et la plus crainte de l'antiquité. Elle a longtemps servi de modèle à toutes les armées qui lui ont succédé.

    Voyons comment fonctionnaient ses légions qui aujourd'hui encore suscitent l'admiration des amateurs de stratégie:

     

     Évolution de la légion 

    Comme le dit l'expression consacrée, Rome ne s'est pas faite en un jour. La légion non plus. Un long processus a été nécessaire pour en arriver aux alignements parfaits de légionnaires presque invincibles.

     

    - Époque étrusque -

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    A cette époque, la légion n'existe pas encore. Les tenues des soldats et leurs méthodes de combat sont inspirées des hoplites grecs, dont l'exemple a essaimé à travers toute la méditerranée. Les protections sont légères, les armes simples mais la discipline est déjà stricte.

     

    - Époque républicaine -

    (avant la réforme de Marius)

    Les légions sont encore balbutiantes mais commencent de se mettre en place. Elles sont constituées de trois lignes de combattants, par ordre d'ancienneté. Le premier rang est celui des novices qu'on appelle les hastati. Le second rang est constitué de soldats plus aguerris: les principes. Enfin, le troisième rang, qui n'intervient en général que lorsque la bataille va s'achever est composé de vétérans, les triarii ou triaires.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    On compte également une ligne de combattants chargés de "dégrossir" les rangs ennemis en lançant des javelines (= petits javelots) et qui se retirent à l'arrière une fois leurs munitions achevées: les vélites.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Hastati, Triaire, Vélite

    A cette époque, les soldats payent eux-même leur équipement et leur armement. C'est pourquoi les vétérans sont en général mieux armés et mieux défendus que les hastati, leur long service dans l'armée leur ayant permis d'accumuler suffisamment de moyens pour s'offrir un équipement plus complet.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

             Équipement des Hastati                                               Équipement des Triaires

    Même si l'armée est constituée de volontaires suffisamment fortunés pour payer leur équipement, leur dévotion envers la république les rend déjà redoutables.

     

    (après la réforme de Marius)

    A la fin du deuxième siècle avant J.C., le consul Marius organise une grande réforme de l'armée. Le recrutement est ouvert même aux classes pauvres, l'équipement est fourni par la république. De ce fait, les uniformes deviennent plus homogènes et les troupes plus dévouées à leur général. Le système des hastati, principes et triaires est supprimé. La légion devient une armée de professionnels.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    tribun et légionnaires

    Les soldats sont protégés par une cotte de maille inspirée de celles des gaulois, les officiers portent un plastron de métal, généralement décoré.

     

    - Époque impériale -

    (Début Ier siècle)

    Il n'y a plus guère de changements dans l'organisation militaire après la réforme de Marius. En revanche, les tenues se perfectionnent, offrant une protection toujours meilleure. Les légions sont renforcées de troupes d'auxiliaires, qui ne sont pas des citoyens romains et appartiennent bien souvent aux peuples conquis.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

               évolution des armures                                                    signifer et auxiliaire

    Le casque subit de profondes transformations. On améliore aussi les armes: le pilum (= sorte de lance) ainsi que le gladius (= glaive).

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

          Équipement du Légionnaire                                            Équipement du Signifer

    Les premières cuirasses faites de lames de fer articulées par des attaches de cuir font leur apparition. On appelle cette armure lorica segmentata.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Équipement du cavalier

    La cavalerie romaine est rare, l'armée étant surtout constituée d'infanterie (= troupes à pied). En faible nombre, la cavalerie sert surtout d'éclaireur, d'escorte pendant les marches et d'estafettes (= messagers). Elle conserve la cotte de maille, la lorica hamata.

     

    (milieu Ier siècle)

    Rome continue d'asseoir sa suprématie avec les premiers successeurs d'Auguste. La légion se couvre de gloire en remportant de nombreuses victoires. Elles repoussent et conquiert ses ennemis les plus farouches. C'est le début de la Pax Romana (= paix romaine). Une période de paix toute relative puisque si la guerre a cessé dans les frontières de l'empire, elle est presque perpétuelle au-delà.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

           Centurion et légionnaires                                                 Centurions et aquilifer

    Vétérans et soldats d'élite, les centurions jouissent d'un prestige de plus en plus important. Ils arborent fièrement sur leur torse leurs décorations, médailles rondes appelées phalères.

     

    (IIème siècle)

    C'est l'époque de la dynastie des Antonins et des grandes conquêtes. Rome s'étend dans toutes les directions sous l'impulsion des empereurs Trajan, Hadrien ou Marc-Aurèle.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

           Légionnaires et auxiliaire                                                Légat, tribun et signifer

    Jusqu'à l'écroulement de l'empire, l'armée ne connaîtra plus de grands bouleversements. Quelques aménagements d'uniformes auront lieu ça et là mais la tendance sera plutôt à une perte d'efficacité de plus en plus grande.

     

    *************************

     

     La guerre dans la légion 

    C'est évidemment la première raison d'être de l'armée romaine. Les ennemis étaient nombreux. Comme le Carthaginois Hannibal et ses éléphants, qui osa franchir les alpes pour attaquer la péninsule italienne pendant la seconde Guerre Punique (-218 à -201), mais qui fut battu par les troupes de Scipion l'Africain à la bataille de Zama en -202.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Ou encore les gaulois lors de la célèbre Guerre des Gaules (-58 à -52), face à Jules César :

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

    La légion faisait face à tous grâce à sa discipline de fer. Les légions étaient capables d'exécuter toutes sortes de manœuvres et de changer de formation très rapidement. La plus célèbre de ces formations de combat est le testudo, qu'on appelle en français la tortue: groupés en rang serrés, les légionnaires tiennent leurs boucliers de manière à protéger le groupe sur tous les côtés.

     Labo d'archéologie : l'armée romaine                         Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Grâce à leur talent d'ingénieurs, les romains maîtrisaient l'art du siège, qu'ils menaient armés d'engins perfectionnés: balistes, scorpions, onagres, tours de siège,...

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    A Alésia (-52), les légionnaires édifièrent deux lignes de défense: une pour encercler les assiégés: la circonvallation, et l'autre pour s'encercler eux-mêmes et se protéger d'une attaque extérieure: la contrevallation. Le rempart, ponctué de tours, était doublé d'une série de pièges et chausse-trapes : fossé en eau, pieux dans le sol,...

    A Massada (72-73 ap. J.C.) en Judée, pour s'emparer d'une citadelle inexpugnable sur une hauteur abrupte, ils passèrent plusieurs mois à construire une rampe pour y accéder.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

         Fortifications d'Alésia (Gaule)                                      Assaut de Massada (Judée)

    En revanche, s'ils étaient presque invincibles quand ils combattaient en ligne sur un champ de bataille ou lors des sièges, ils étaient très vulnérables en cas d'embuscade pendant leurs déplacements :

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

     

     *************************

     

     La vie dans la légion

    Experts en construction, les légionnaires étaient entraînés à bâtir un camp fortifié en quelques heures. A l'issue des longues marches (une légion pouvait parcourir près de 50 km en une journée), on bâtissait un camp pour la nuit, avant de l'abandonner parfois dès le lendemain.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

            Construction d'un camp                                                       Vie dans le camp

    Cette organisation leur permettait d'être les plus performants dans l'édification des infrastructures. Ils se chargeaient de tracer les innombrables routes qui jalonnèrent l'empire, d'ériger des aqueducs, des ponts ou de fonder des villes nouvelles.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

             Construction d'une route                                           Construction d'un aqueduc

    Une grande partie de leur temps était consacré à l'entraînement individuel ou à la répétition inlassable des manœuvres. Souvent partie pour de longues campagnes, la légion emmenait avec elle tout ce qui était nécessaire à sa subsistance, mais également des spécialistes dont les services étaient indispensables.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                          Labo d'archéologie : l'armée romaine

           Entraînement à la caserne                                              Chirurgien de la légion

    A partir du milieu du 1er siècle, sous la dynastie des Antonins, certaines troupes étaient cantonnées loin de Rome, le long du limes, ce long mur édifié aux frontières septentrionales pour contenir les tribus barbares. Beaucoup de légionnaires fraternisèrent avec les populations locales, certains fondèrent même des familles.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Légionnaires cantonnés au nord de la Bretagne (Angleterre)

     

    *************************

     

     Le fonctionnement de la légion 

    - Paquetage du légionnaire -

    En plus de son armement (bouclier, casque, armure, armes,...) le légionnaire emportait avec lui tout ce dont il pouvait avoir besoin pendant une campagne.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Son matériel de subsistance était composé de gamelle, chope, gourde, couverts et tout le nécessaire pour se nourrir. Son matériel de travail se constituait de plusieurs outils, utiles à l'édification du camp ou autres travaux d'ingénierie qu'il aurait à accomplir.

    Il transportait également des ustensiles de toilette pour se laver, se raser et entretenir ses vêtements et armes. Au total, un légionnaire emportait un paquetage qui pesait une trentaine de kilos, auxquels il faut ajouter la tenue qu'il portait. Il emportait également sa solde (= salaire) sous forme de pièces de métal, ce qui rajoutait encore du poids.

     

     - Le camp -

    Bâti selon un plan standard, les camps étaient toujours similaires, à de rares exceptions quand il fallait s'adapter au terrain.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine                             Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Chaque légionnaire connaissait sa fonction et sa place dans la construction, ce qui permettait une édification particulièrement rapide, d'autant plus que la répétition régulière de l'ouvrage favorisait les automatismes.

     

    - Le déploiement -

    L'unité de base de la légion est la centurie, composée de 80 hommes (100 au début d'où son nom). Deux centuries forment un manipule (160 hommes) et il faut 3 manipules pour constituer une cohorte (480 hommes).

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Chaque centurie, manipule et cohorte a ses propres officiers, sous-officiers et porte-enseignes. Toutes ces unités ne sont pas égales, la 1ère cohorte est plus nombreuse et est également la plus prestigieuse : elle ne compte que cinq centuries mais chacune compte 120 hommes. Ses membres sont l’élite de la légion.

    Un système de graduation existe et le soldat gravit les échelons au fur et à mesure de la longueur de son service et de ses exploits. Ainsi, les nouveaux commencent dans la dernière centurie de la dixième cohorte et progressent jusqu'à faire partie de la 1ère centurie de la 1ère cohorte, l'unité la plus glorieuse.

     

     - Grades et hiérarchie -

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

    Tribun, Signifer, Légat

    L'état-major d'une légion comprend:

    Un Légat (= général) : C'est le chef absolu d'une légion. Parfois, le légat est placé sous les ordres d'un Consul ou d'un Prêteur, fonctions primordiales à Rome, qu'il seconde.

    Six Tribuns (= officiers supérieurs) : Ce sont les adjoints directs du légat. On compte un tribun laticlave, jeune sénateur qui débute sa carrière politique et 5 tribuns angusticlaves, qui ne sont pas issus de la classe sénatoriale. Chaque tribun commande dix centuries.

    Un préfet du camp (Praefectorus Castrorum) : Il supervise la construction du camp et l'entretien des remparts, il est responsable du train de bagages lors des marches et il commande les engins de siège. Il s'agit souvent d'un ancien centurion Primipile.

    Sous leurs ordres, on trouve :

    Les centurions (= Officiers) : On compte un centurion par centurie. Ce sont des soldats qui se sont particulièrement distingués sur le champ de bataille et dont les exploits militaires leur ont valu leur nomination. C'est le grade le plus haut que peut obtenir un soldat. Le plus important des centurions est celui qui commande la 1ère centurie de la 1ère cohorte: on l'appelle le centurion primipile. Il a le privilège de participer aux réunions d'état-major. Obtenir ce grade est le but que poursuivent tous les soldats.

    Les principales (= Sous-officiers) :

    • Optione : second du centurion, il y en a un par centurie.
    • Signifer : C'est le porte-enseigne. On le reconnaît à son casque surmonté d'une tête d'ours, de lion, de loup,... Il y en a un pour chaque centurie. C'est forcément un soldat de valeur puisqu'il a la responsabilité du Signum (= enseigne) qui est un objet sacré. Chaque légionnaire préfère mourir que de voir le Signum être pris par l'ennemi.
    • Aquilifer : C'est lui aussi un porte-enseigne mais plus important puisqu'il porte l'aigle (= aquila en latin), représentant toute la légion.
    • Tesserarius : Un par centurie. Il recevait du tribun le mot de passe ou un ordre écrit sur une tablette appelée tessera.
    • Cornicem : C'est le sonneur de cornu. C'est lui qui mobilise les Signifers, que chaque légionnaire suit immédiatement, que ce soit dans les batailles ou la marche. Il y en a un par cohorte.

    Labo d'archéologie : l'armée romaine

     

    Voilà ! Vous savez maintenant presque tout ce qu'il y a à savoir de la légion romaine. Son organisation sans faille et ses soldats aguerris lui ont permis de dominer pendant des centaines d'années. C'est l'affaiblissement progressif de cette armée à partir des IIIème-IVème siècles, minée par les conflits politiques et conduite par de mauvais généraux qui est l'une des causes de l'écroulement de l'empire romain.

     

     

     

    « Labo d'archéologie : Rome (1ère partie)Quelques nouvelles du Bac... à sable ! »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Juillet 2015 à 11:14

    Merci pour l'article, j'en ai un ici qui va être très intéressé!

    Il y a aussi 3 phénomènes supplémentaires qui ont causé l'effondrement de l'empire:

    -la pression des invasions germaniques, les germains eux-mêmes poussés par les Huns qui ont fini par tenter une expansion à l'ouest après avoir plus ou moins échoué à l'est (chine, muraille, etc....)

    -le mouvement oscillatoire physique naturel que l'on retrouve aussi en histoire: naissance, expansion, effondrement

    -les chiffres!!!!! Ton articles illustre bien la nécessité de pouvoir utiliser de très grands nombres, ce qui était très difficiles avec les chiffres romains, hélas. Alors pour les questions de recensement, réapprovisionnement, gestion d'une grande armée etc.... c'était difficile. Dommage, car la structure hypra organisée hiérarchisée, la construction de grandes via permettant des déplacement rapide, etc, etc... le phénomène de latinisation mais concomitant de l'appropriation d'une part de la culture envahie et d'une certaine autonomie, bref, bien des éléments positifs furent mis en place.... pas suffisants.... rien ne l'est jamais....

    2
    lemaire
    Mercredi 2 Décembre 2015 à 11:42

    pouvez vous me contacter par téléphone ou me laisser un numéro à appeler

    (et créneau horaire) , merci d'avance 

    cordialement

    th lemaire

    3
    lemaire
    Dimanche 10 Janvier 2016 à 17:58

    de nouveau je vous contacte, d'ou avez vous tirez l'illustration des cavaliers 1er av JC ; les costumes semblent plus tardif 

    vous pouvez m'appeler pour gagner du temps merci

     

    préparons un livre d'illustrations  et cherchons infos fiable

    ettention les onagres que vous citez plus loin arrivent au III siècle ap JC

    cordialement

     

    th lemaire 02 35 55 79 06

    4
    schahrazed
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 13:59

    merci pour ces informations

    5
    schahrazed
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 14:00

    a ce que vous pouvez me envoyé ces informations sur l'armée romaine avec les photos sur mon email.merci

     

    6
    Arturus
    Dimanche 16 Juillet à 22:47

    Super intéressant. Je tombe sur votre page tout en regardant Kaamelott livre 6 et la période Romaine du roi Arthur :-)

    Merci pour cette page. Rome et son Empire sont toujours captivant. Un jour, il faudra que j'aille visiter la ville..

    Bonne continuation.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :