• Najat d'Arc décoche ses flèches

    "Il faut bouter les terroristes hors de France !"

    Voilà quelle pourrait être la devise de notre nouvelle héroïne nationale, animée d'une mission non pas divine mais républicaine — c'est mieux, parait-il.

    Najat d'Arc décoche ses flèches

    Najat d'Arc donne l'assaut contre une demeure d'enfants non-scolarisés

    (Toile de C. Méptidoix, gouache sur papier à petits carreaux, Musée de Monburo)

     

    Pourquoi ce parallèle ? Parce que Najat Vallaud-Belkacem, notre actuelle ministre de l’Éducation Nationale, semble entendre des voix.

    Ministre, elle l'est depuis peu, et pour combien de temps encore ? Fera-t-elle mieux que son prédécesseur qui occupa la fonction au moins... 6 mois ? Peu importe finalement puisqu'elle sera remplacée immédiatement par un(e) autre incapable à ce poste qui, pourtant, demanderait l'expertise d'une haute compétence pour être à même de réparer des dégâts incommensurables.

    Du reste, est-il encore possible de réparer l'école française ? Comme un certain nombre d'autres citoyens, j'ai choisi de ne plus me poser cette question. Réparable ou non, cela m'est devenu égal puisque, devant l'incapacité chronique de nos dirigeants à agir efficacement et intelligemment, j'ai choisi d'agir tout seul dans mon coin pour préserver ma descendance du rouleau compresseur de la médiocrité obligatoire.

    Najat d'Arc, disions-nous, entend des voix... Saint Jules Ferry lui murmure à l'oreille. Ironie, mauvaise foi, me direz-vous. En êtes-vous bien certain ?

    Car, enfin, attendu qu'elle est la seule en France à être persuadée que l'Instruction En Famille est le couvoir du terrorisme — comme Jeanne à l'époque était la seule en France à être persuadée qu'on pouvait chasser les anglais —, il faut bien qu'elle fût touchée par la grâce, par l'inspiration céleste... Je ne vois pas d'autre explication possible.

    Mais revenons sur les faits.

    Inutile de rappeler les attentats de Charlie-Hebdo et des jours suivants, nous en avons tous le sinistre déroulement en mémoire.

    Restons sur ce qui nous préoccupe et voyons comment cette tragédie va pouvoir être habilement exploitée pour régler un problème qui n'existe pas et pour mettre au pas des familles pacifiques qui, en tout état de cause, n'ont strictement rien à voir avec les assassinats.

    En 1998, on avait brandi le spectre de l'embrigadement sectaire, comme expliqué dans cet article. L'IEF, c'était des sectes et pis c'est tout ! Devant d'aussi pauvres arguments et surtout devant l'évidence de l'absence de preuves, devant l'évidence des multiples rapports qui n'ont jamais pu mettre en relation sectes et Instruction En Famille, on avait dû se résoudre à reculer pour mieux sauter.

    Ouf ! L'occasion est là, qui nous tend les bras, ne la laissons pas passer.

    Soyez rassurés, parents instructeurs, vous ne serez plus accusés d'embrigader vos enfants. Vous n'êtes plus de vilains suppôts des sectes malveillantes. Non, désormais, nous sommes au XXIème siècle et nous avons compris le vrai danger.

    Désormais, parents instructeurs, vous nourrissez à votre sein, vous couvez dans le nid douillet de vos valeurs nauséabondes les terroristes de demain.

    Si, si ! Tous les derniers terroristes qui ont sévi sur le territoire national sortaient de l'école de la république, avaient été suivis par les services sociaux de la république, étaient surveillés par les institutions de sécurité de la république. C'est donc bien la preuve que les enfants instruits en famille...

    Comment ça, vous ne voyez pas le rapport ? Puisqu'on vous dit que si !

    Madame Vallaud-Belkacem apparaît donc comme le dernier recours, elle surgit, miraculeuse, comme la Providence incarnée. Elle est LA personne qualifiée pour extirper le radicalisme meurtrier du cœur et des cerveaux de notre jeunesse française. Et elle est LA plus qualifiée parce qu'elle dispose d'une honnêteté et d'une ouverture d'esprit à nulle autre pareilles.

    Petit rappel : nous l'avons vu dans cet autre article, Madame Vallaud-Belkacem est celle qui, sans rougir, a osé dire cela :

    "L’école, française, gratuite, obligatoire, laïque et républicaine, c’est notre bien le plus précieux."

    C'est celle qui, sans honte, a osé dire ceci :

    "L’école n’est pas une option, elle est obligatoire et quand on se met en infraction à la loi, il y a des sanctions qui tombent."

    Nous le voyons, nous tenons quelqu'un qui connaît bien son sujet, qui connaît bien les lois qui régissent son domaine de... hem, hem... compétences, quelqu'un qui sait faire preuve d'ouverture à d'autres façons de penser et à d'autres façons de pratiquer. Une personne de confiance, donc.

    [ Une précision s'impose : je n'ai aucune animosité personnelle envers cette dame. Ne comptez pas sur moi pour sombrer dans l'invective ou l'incorrection.  Il se trouve simplement que je n'ai pas plus de respect pour elle que pour celui d'avant ou celle d'après, et ceci parce que ni leurs actes, ni leurs paroles ne sont respectables. Ce n'est pas ma faute si c'est elle qui a été choisie pour dire et faire n'importe quoi sur un sujet qu'elle ne connaît pas. C'eût été un(e) autre que j'en aurais écrit tout autant. ]

    Mais voilà, c'est ainsi, c'est elle qui a été désignée (provisoirement) pour avoir la faveur d'être l'objet de mon ressentiment.

    Voici donc le beau discours qu'elle prononça devant la crème de l'école française quelques semaines après le choc :

    Mobilisons l'école pour les valeurs de la république

    Najat d'Arc, étendard brandi et le verbe haut, galvanisait ses troupes avant la bataille.

    Il serait long et fastidieux d'étudier tout le document et à dire vrai, il ne nous concerne pas dans l'essentiel de son propos puisqu'il est destiné à mettre au pas les élèves dans les établissements scolaires.

    Mais malgré tout, avant d'en venir à ce qui nous touche directement, voyons tout de même quelques extraits qui, à n'en pas douter, nous rassurerons et nous conforterons dans le bon choix que nous avons fait de sortir nos enfants de ce bourbier.

    "(...) Ces événements tragiques confirment, s’il en était nécessaire, la justesse des ambitions portées par la loi du 8 juillet 2013 de refondation de l’École de la République. La première de ces ambitions, c’est l’élévation du niveau de connaissances, de compétences et de culture. (...)"

    C'est rassurant de savoir qu'il fallait en arriver là pour qu'enfin se dessine cette ambition pour l'école, non ? On pourra noter au passage que cette petite phrase apparemment anodine sonne comme un terrible aveu. Si c'est devenu la première ambition, c'est bien que "l'élévation du niveau de connaissances, de compétences et de culture" n'était pas une priorité jusque là. Il me semblait bien...

    " (...) Beaucoup a déjà été fait. (...)"

    Je n'en dirai pas plus, la sentence se suffit à elle-même. D'ailleurs, elle est en gras dans le discours, c'est dire son importance.

    J'en vois un qui sourit là-bas au fond ! Attention, je ne le répéterai pas : on ne rit pas quand une ministre s'exprime. On se prosterne ! Sinon, vous mettez en danger les valeurs de la république. Terroriste, va !

    Je vous fais grâce du reste de ce magma inconsistant, vide de sens mais qui utilise plein de mots compliqués pour avoir l'air d'un discours intelligent. On nous y explique que jusque là, ça n'allait pas mais que demain, tout ira mieux, grâce à une mobilisation sans précédent de plein de gens avec des titres ronflants qu'on ne comprend pas mais qui signifient qu'ils ne sont pas n'importe qui dans le monde de l'éducation. On nous y explique que les "personnels éducatifs" vont recevoir des livrets et regarder des vidéos pour se former et qu'ils vont faire plein de réunions pour arranger tout ça.

    On le voit, l'action est lancée !

    Mais je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager la belle conclusion de ce discours :

    " (... ) Car j'en suis persuadée, s'il y a comme disait Jean-Jacques Rousseau "mille manières de rassembler les hommes, mais seulement une de les unir", l’école peut et doit être cette manière-là. "

    Personnellement, ça me réchauffe le cœur de savoir que la personne chargée d'écrire les discours de Madame Vallaud-Belkacem a lu Jean-Jacques Rousseau. Ou au moins ouvert un dictionnaire de citations (hypothèse plus probable !). Espérons qu'elle ait eu le bon sens de livrer une fiche de lecture à la ministre.

    Mais, trêve de moqueries, qu'est-ce qui nous intéresse au juste dans ce discours, nous, parents instructeurs ?

    Et bien, une phrase ! Oui, une seule petite phrase, glissée là au milieu de ce vomi technocratique. C'est peu me direz-vous ! Hélas, c'est déjà énorme.

    Car on comprend qu'il était bien difficile d'en ajouter davantage, vu que cette phrase n'a strictement aucun rapport ni avec les événements, ni avec le reste du propos qui s'adresse aux représentants de l'école. Avec habileté, on a tout de même réussi à insérer subrepticement ce qui paraît comme un combat primordial : l'honneur est sauf !

    " (...) Notre rôle est de maintenir ces élèves, au même titre que tous les autres, dans le système éducatif. Je souhaite d’ailleurs que nous ayons une vigilance renforcée à l’égard des élèves instruits à domicile. (...) "

    Hop la ! Pas plus difficile que ça ! Pourquoi faire compliqué ? Il suffisait de le dire. Ça n'a rien à voir avec rien mais le missile est lancé. Tant qu'à s'être tous réunis aujourd'hui, tant qu'à avoir mobilisé l'ensemble du ministère, autant en profiter pour régler LE problème majeur de l’Éducation Nationale !

    Une "vigilance renforcée" ! On ne sait pas trop ce que ça veut dire mais, en gros, on va renforcer le renforcement de Madame Royal.

    Soyez patients, nous allons bientôt en savoir un peu plus.

    Ainsi, le 22 janvier 2015, après avoir bien travaillé, la ministre est en mesure de nous présenter ses :

    Onze mesures pour une grande mobilisation de l'École pour les valeurs de la République

    Reconnaissons-le, rien que le titre fait rêver. Avec ça, si tout va bien et si le temps ne tourne pas à l'orage, tout devrait être réglé rapidement. Najat d'Arc est bien la femme providentielle que toute la France attendait.

    Une fois encore, je vous laisse profiter de cette prose exubérante et indigeste si vous en avez l'envie mais je me contenterai ici de relever la mesure qui nous préoccupe.

    Il s'agit de la mesure n°9, délicieusement intitulée : " Une action en faveur des publics les plus fragiles ".

    Ainsi donc, nous l'apprenons à cette occasion, nous constituons un "public fragile". Vous qui vous sentiez si bien dans vos chaussons quand vous viviez le bonheur de voir grandir vos enfants, de planter en eux la graine de la connaissance et de voir pousser le germe de la curiosité; vous qui, bon citoyen, n'avez jamais enfreint la loi et avez essayé de transmettre à votre progéniture des valeurs de respect, voire de liberté, d'égalité et de fraternité... Et bien vous voilà, d'un seul coup et sans même que vous le sachiez, catégorisé comme un "public fragile". Cette force que vous aviez trouvé dans vos convictions cachait en réalité un mal profond. Vous êtes "fragile" !

    Scrutons le deuxième petit carré violet qui orne le texte de cette mesure. Que dit-il ?

    " Les risques de repli chez les jeunes, pouvant représenter un danger pour eux-mêmes et pour la vie collective, seront mieux repérés.
    Les chefs d’établissement recevront une formation renforcée à la détection des signes précurseurs des pratiques de repli et de radicalisation.
    L’instruction à domicile fera l’objet d’un contrôle renforcé, impliquant des équipes pédagogiques en appui aux corps d’inspection effectuant actuellement les contrôles. À cette fin, des professeurs seront missionnés pour venir en appui aux corps d’inspection effectuant actuellement ces contrôles. Des repères seront donnés afin de mieux évaluer la progressivité des apprentissages."

    L'association est faite, l'accusation est lancée : les enfants instruits à domicile sont les victimes d'un "risque de repli", ils représentent "un danger pour eux-même et pour la collectivité".

    L'amalgame est désormais officiel, inscrit dans le marbre républicain. Grâce à ce simple petit paragraphe, on va pouvoir terroriser la population, alerter l'opinion sur le réel danger qui la guette. Monsieur, madame, vous avez peut-être, vous avez sans doute, juste à côté de chez vous, de dangereux activistes qui ne mettent pas leur enfant à l'école. Soyez-en conscient, ils vous mettent en danger, ils constituent le terreau fertile sur lequel pousse le fanatisme le plus criminel.

    Effectivement, avouons-le à nos voisins : notre instruction est bien souvent synonyme d'entraînement para-militaire. Ce que nous apprenons en priorité à nos enfants, c'est de savoir démonter et remonter une Kalachnikov en moins de deux minutes. Je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais chez moi, c'est tous les matins la même rengaine : "Habille-toi ! Mets ta ceinture d'explosifs, tu vas être en retard à l'éc..." Ah, ben non, c'est vrai ! "Tu vas être en retard à la maison !"

    Comment Najat d'Arc compte-t-elle lutter et libérer la France de son ennemi séculaire ? Avec "des équipes pédagogiques..." "En appui..." "Des professeurs missionnés..." "Des repères donnés..." Que voilà un charabia incompréhensible ! Comme toujours, on a à faire à une belle déclaration d'intention qui brasse de l'air sans préciser ni les moyens, ni les méthodes, ni quoi que ce soit.

    Que faut-il alors comprendre ? Qu'en plus d'un Inspecteur, un conseiller pédagogique et, parfois, un psychologue scolaire, il faudra recevoir chez soi une fois par an une équipe de cinq ou six personnes chargées spécialement de surveiller repérer, détecter de paisibles enfants instruits à domicile. Et si toute cette bande vient en appui, c'est bien qu'il y a danger. Seront-ils armés ? On ne sait jamais, après tout, chez les terroristes, on trouve des mitraillettes.

    C'est tout de même curieux qu'une institution qui se plaint continuellement de son manque de moyens, de son manque de personnel trouve subitement tous les moyens et tous les personnels pour aller cueillir chez eux des enfants qui ne sont même pas soumis à son autorité.

    Permettez-moi, madame la ministre de vous poser une question : sous quelle forme allez-vous mettre en application ces belles intentions ?

    Par une loi ? Il y a peu de chances que vous puissiez la faire naître et voter avant que quelqu'un ne tire sur la manette de votre siège éjectable.

    Par une circulaire ? Je me verrai alors contraint de renvoyer tout votre régiment pédagogique aux bases essentielles du droit en leur expliquant que, en tant que citoyen, je ne suis en aucun cas soumis à une circulaire, qui n'est qu'une note interne des services administratifs.

    Pour l'heure, la vigilance est de mise. Et je parle de notre vigilance à leur égard et pas de leur "vigilance renforcée" qu'ils essayent de faire passer pour un juste engagement.

    Pourtant, même s'il nous faut rester attentifs et aux aguets, il n'y a pas encore lieu de paniquer. Ce genre de récupération politicienne, ces manœuvres grossières destinées à réduire le champ des libertés sont habituelles et régulières. Elles reviennent à intervalles périodiques mais fort heureusement, la fameuse alternance démocratique permet généralement de chasser les lubies en place pour les remplacer par les prochaines.

    Sachez-le, madame la ministre, nous ne vous craignons pas ! Mais soyez sûre que nous vous avons à l’œil !

    Avant même de connaître votre existence, nous avions pris en charge l'instruction de nos enfants. Tôt ou tard, vous retournerez à l'anonymat profond d'un siège moelleusement rembourré à l'Assemblée Nationale. De notre côté, nous continuerons de prendre en charge l'instruction de nos enfants.

    Car nous, parents, nous ne sommes pas nommés à titre éphémère, nous ne désertons pas en pleine bataille, nous ne rebroussons pas chemin au milieu du gué. Nous, parents, contrairement à vous, nous sommes nommés à vie et nous n'avons pas le loisir de laisser un travail inachevé pour aller, comme vous et vos pairs, nous occuper d'un autre dossier pour lequel nous n'avons pas plus de compétence que pour le précédent. Nous, parents, nous peaufinons l'enrichissement de nos adorables "dossiers" jusqu'à plus soif ! Et c'est peut-être pour cela que nous avons l'outrecuidance de vous affirmer que nous savons mieux que vous ce qui est bon pour nos enfants.

    Peut-être que vous vous sentez poussée par une exaltation surnaturelle mais prenez bien garde à ne pas partager le destin de votre illustre modèle, qui fut abandonnée par le Roi lui-même... Quand on est trop illuminée par les voix célestes, le bûcher n'est jamais très loin.

     
     
     
     
     
     
     
     
    « Les petits docs utiles : Classification des animauxUn peu d'Histoire: les gallo-romains 2 (Mâlain) »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Mars 2015 à 14:42

    J'aime beaucoup, surtout la fin! Par contre, n'hésitez pas à vous plonger dans "l'Affaire Jeanne d'Arc", excellent livre qui montre qu'elle n'est pas la petite bergère illuminée que l'on croit (veut nous faire encore croire)... Jeanne était sûrement plus instruite (à domicile ou à l'Eglise d'ailleurs) que Mme Belkacem! 

    2
    Estelle
    Jeudi 5 Mars 2015 à 14:52

    Je viens de découvrir votre blog. Merci de mettre en mots mes pensées. 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    papy yann!
    Jeudi 5 Mars 2015 à 18:27

    excellent aricle que celui-ci qui nous ouvre les yeux sur ce qui devrait la gestionnaire du +grand et +important ministere "régalien" de l'état aprés la santé , c'est mal parti oups!!

    4
    Vendredi 6 Mars 2015 à 19:23

    Merci de vos encouragements. Très heureux d'avoir pu vous divertir. :)

    5
    papy yann!
    Samedi 7 Mars 2015 à 15:07

    eh bien écoutez je suis le premier étonné de voir que l'on me réponde ;je n'ai modestement écri que ce que je ressentais par rapport à ma modeste connaissance des choses ce n'est que le vécu qui me fait résonner de la sorte (63ans; travailleurs manuel routier entre autre choses ) merci à vous donc !!

    6
    demipoire
    Mercredi 11 Mars 2015 à 21:50

    C'est un article super sympa et un grand bravo particulier pour l'image accompagnée de sa légende! Très bonne trouvaille!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :