• Le complexe de l'hippocampe

    L'homme moderne a le complexe de l'hippocampe ! Il pouponne, câline, bisouille ses petits chérubins tout roses, tout ronds, tout mignons. Il les allaiterait volontiers s'il en avait la possibilité et son plus grand regret, c'est de n'avoir pas pu les porter lui-même comme le fait l'hippocampe (car il faut savoir que chez les hippocampes, c'est le mâle qui porte les œufs fécondés et qui accouche: entre 100 et 200 à la fois, excusez du peu!) !

    Le complexe de l'hippocampe

    Un père, avant, c'était cette espèce de chose grande et large, pleine de poils. C'était rude et buriné, avec une voix grave et rocailleuse. Tous les dimanches, ça honorait sa marmaille d'une caresse sur la tête en témoignage d'affection et tous les autres jours, ça quittait le foyer familial pour aller gagner sa croûte "dans son vieux pardessus râpé".

    Aujourd'hui, un père, ça n'a plus rien à voir ! Pourquoi ? Parce qu'il est devenu un homme moderne ! Ce qui signifie qu'il ne rechigne plus à s'occuper de ses enfants, du ménage, des courses et, quand il est de bonne humeur, de sa femme. Bref, il "s'implique" !

    Mais plus que cela, ce qui caractérise l'homme moderne, c'est la communication. Et oui, l'homme moderne est connecté. Il est devenu un papa blogueur ! Grâce à ce génial outil qu'est Internet, il va pouvoir hurler son bonheur à la face du monde entier. Il n'aura pas eu le bonheur de couver en son sein l'adorable frimousse de la chair de sa chair, mais il va pouvoir exposer sous toutes les coutures l'amour infini qu'il lui porte.

    Vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais cette évolution est merveilleuse. Oui, oui ! Le papa blogueur est sans nul doute l'avenir de l'humanité, la clé de son salut (et je ne parle pas pour moi, vous pensez bien !).

    Avant d'aller plus avant dans l'étude de cette nouvelle espèce, jetez un œil sur ce croquis qui vous aidera à mieux comprendre :

    evolution du pere

    Ça, c'est la théorie générale ! Mais comme tous les grands mammifères, le papa blogueur se décline en de multiples sous-espèces dont voici un rapide panorama :

    1 - Le publicitaire :

    Vous trouverez chez lui des phrases à vous déchirer le cœur de sentiments à peine contenus, comme par exemple:

    - Oh, je suis papa ! C'est trop émouvant ! Je découvre la joie de pouponner, de faire faire des risettes, de changer des couches sales... D'ailleurs, à ce propos, avez-vous essayé les nouvelles couches "Pampurs" ?"

    - C'est trop mignon de lui donner ces petites purées ! Mais au fait, connaissez-vous la marque "Blédino" ?"

    - Je me régale à le regarder jouer pendant des heures ! C'est grâce à la nouvelle gamme de jouets de chez "Oxybol" !"

    Son émotion toute neuve de papa tout neuf ne lui fait pas perdre le nord ni le sens des affaires. Tant qu'à avoir un gamin, autant qu'il soit rentable. Il croit mettre dans sa poche le lecteur en partageant avec lui les transports joyeux de la paternité, mais toujours sans oublier d'insérer des placards de pub et de se faire envoyer des échantillons à tester. Cette nouvelle aventure dans sa vie mérite bien une petite récompense, non ?

    2 - Le nouveau spécialiste:

    Il y a 6 mois seulement, il était infoutu de faire la différence entre une couche propre et un doudou sale (ou le contraire). Mais désormais paré de sa science toute neuve, il se met en devoir de la faire partager. On a un peu l'impression qu'il vient de découvrir l'eau chaude,  mais ça ne va pas l'empêcher de nous agonir de ses bons conseils, prodigués d'un ton docte et sans appel. Du haut de ses 180 jours d'expérience, il dispense ses préconisations depuis la tribune de son institut scientifique personnel.

    3 - Le béat :

    Pour lui, le moindre babillement est un émerveillement, il s'esbaudit à chaque instant des gazouillis maladroits de sa descendance, les premiers pas du dernier sont un trésor de ravissement, cette petite fossette adorable le fait fondre... A coups de billets quotidiens, il inonde la toile des progrès ahurissants de son étoile montante qui, hier encore, ne savait dire que "bu" alors qu'aujourd'hui, elle a très distinctement prononcé le mot "ba". Et il étale sa guimauve sur fond rose, le clavier encore humide des larmes attendries qu'il y laisse couler. Il se croit émouvant et touchant mais nous, on le trouve quand même un peu con.

    4 - L'humoriste :

    On le reconnaît en général à deux signes distinctifs : d'une part, les fautes d'orthographe ("Passque dans l'humour, plaide-t-il, l'ortografe, on s'en fout, c'est les blagues qui comptent !") et d'autre part, le besoin d'appuyer toutes ses fines plaisanteries par un commentaire subtil. Avec un humour qui n'appartient qu'à lui (mais vraiment qu'à lui!), il nous racontera par le menu les galères qu'il endure depuis que sa femme "a mis bas" ("humour!"), depuis qu'il est obligé de cohabiter avec "ses insupportables gosses" ("Joke!"), bref, depuis qu'il vit "l'enfer sur terre" ("lol!"). Avec lui, au moins, si on n'apprend pas grand-chose, on est sûr de bien rigoler.

    5 - L'héroïque :

    Lui aussi utilisera parfois l'arme de l'humour cinglant et ravageur. Tous ses articles seront consacrés à nous démontrer à quel point sa vie a changé et comme il a si bien su s'adapter, à quel point il est admirable d'avoir tout sacrifié à ses petites princesses, à quel point il parvient à résoudre les situations les plus inextricables,... Panthéon numérique tout à sa gloire personnelle, son blog dresse un portrait sans concession de sa vie de jeune père exceptionnel.  Il sait nous subjuguer avec le récit de ses actions d'éclat et on est bien obligés d'être d'accord avec lui quand il nous explique que sa réussite d'une harmonie familiale parfaite n'est due qu'à sa générosité, à sa patience, à son intelligence et, surtout, à sa modestie.

    6 - L'empathique :

    Il aurait tellement aimé être à la place de son épouse le jour de l'accouchement, pour lui éviter cet affreux supplice. Il a tellement mal à son petit cœur dès que son bambin se fait bobo là. Il souffre tant de toute cette douleur douloureuse qu'il a besoin de s'en épancher. Ce n'est pas lui qui endure mais c'est tellement tout comme qu'il a un besoin irrépressible de crier au monde son martyr pour s'en soulager enfin. Un peu, si peu,...

    7 - Le débordé :

    Entre les trajets école-nounou-domicile, le supermarché, le repassage, les devoirs, le boulot, une visite à sa vieille mère malade, la cuisine, le coup de fil aux copains, le bain des petits, le match à regarder, le linge à étendre, une longue et passionnante discussion avec sa femme, une étagère à poser, la vaisselle, les pneus hiver à changer, les vitres à nettoyer, le bénévolat dans une association caritative, l'histoire du soir, le suivi de ses amis "FesseBouc", le jogging du matin, les cours de clarinette, les cuivres à astiquer, il n'a plus une minute à lui mais il assure ! Et il trouve quand même un peu de temps pour le faire savoir.

    8 - Le détaché :

    Même pas mal ! Sincèrement, il a beau y réfléchir, il ne voit pas en quoi c'est extraordinaire d'avoir des enfants. Il n'a toujours pas vu la différence entre le "avant" et le "après". Non, vraiment rien n'a changé. Rien de rien ! Il se demande même pourquoi il fait un blog tellement c'est exactement pareil. Bon... Il est divorcé et ne voit ses enfants qu'un week-end sur six... Mais franchement, il vous le dit sans ambages, "l'éducation, y'a pas de quoi en faire une montagne !"

    9 - L'adepte de la mauvaise foi :

    Il fait semblant de parler d'autre chose mais finalement, lui aussi, il parle de sa progéniture toutes les cinq minutes. Avec un air très sérieux, il traite l'actualité, il critique les institutions, il donne des informations sur l'Instruction en Famille, il raconte des balades en forêt,... Il se permet même de se moquer des autres papas blogueurs. Alors qu'il cumule à peu près tous les défauts de ceux qu'il brocarde ! Si on y réfléchit bien, il ne vaut pas tellement mieux.

    Le complexe de l'hippocampe

    Avec ces quelques exemples, vous commencez sûrement à mieux cerner le profil de l'homme moderne. Du père lointain et peu concerné, on est passé au papa omniprésent et surhumain (en tout cas, lui, il le croit très fort!). Mais surtout, on a atteint le stade du papa qui a besoin de rendre public son intense dévouement.

    Il se la joue papa du XXI° siècle, dans le vent: "Moi aussi, je suis capable de m’occuper d'un nourrisson. Je ne suis pas un macho et je suis pas plus con qu'une femme." (sic!) Et il s'épanche partout, dans les médias, sur le web, les réseaux sociaux, les blogs,...

    Parce qu'une maman...

    Une maman, ça fait son job de maman ! Parfois avec abnégation, parfois par obligation... Parfois avec le sourire et parfois pas... Parfois inondée d'amour pour ses petits, parfois avec une atroce envie de les étrangler... En somme, une maman, ça fait ce que ça doit faire. Et il n'y a pas de quoi en faire une thèse !

    Alors qu'un papa...

    Ça a beau être moderne, à la pointe du portage, du cocooning, du co-sleeping ou du biberonning, un papa, ça ne sait pas faire les choses juste parce qu'il faut les faire. Un papa, si ça s'occupe de ses enfants, ça le dit ! C'est que c'est bien beau de torcher les mouflets, de supporter les cris des gniards et d'essuyer leur morve dégoûtante, ça fait bien dans le décor, ça épate le gogo mais il ne faudrait tout de même pas que tous ces efforts soient perdus pour la postérité.

    Le complexe de l'hippocampe

    Pétri de remords d'avoir dû laisser à sa moitié la charge de la gestation, encombré par son complexe de l'hippocampe, l'homme moderne a su compenser son incapacité à la grossesse par une participation aux tâches domestiques. Pendant que madame enfle démesurément, il n'hésite plus à l'aider et à s'emparer de l'aspirateur. Parce que quand même... Ça,  c'est une machine, ça fait du bruit, il y a un moteur, c'est un vrai truc de mec !

    Sauf qu'à la moitié du salon, le cerveau du mâle se met en éveil. Il trouve que quand même, la puissance d'aspiration a baissé, que ce n'est pas très normal, qu'il doit y avoir un truc qui cloche là-dedans...

    Et alors que vous aviez laissé votre cher mari traquer ces infâmes grains de poussière jusque dans les moindres recoins, la confiance chevillée au corps et la gratitude au cœur, vous finissez par le retrouver à quatre pattes, au milieu de la poussière intacte et du désordre toujours présent. Alors que vous pensiez retrouver une pièce rutilante, où chaque objet aurait repris sa juste place, vous découvrez un capharnaüm de mécanique démontée. Des morceaux de fer, de plastique, de ressorts éparpillés tout autour de votre Léonard de Vinci domestique, assis en tailleur, le sourcil froncé, cherchant avec frénésie dans le mode d'emploi où peut se trouver cette put... de page en français.

    Et face à votre étonnement devant le spectacle du sac d'aspirateur éventré et répandu sur le tapis, il vous répondra en grommelant: "Ben oui mais c'est mal fichu ce truc... C'est quand j'ai démonté... Le sac a explosé et pis... Mais laisse-moi me concentrer !" (Certains papas blogueurs en profiteraient pour vous vanter les mérites des aspirateurs "Dizon" sans sac et ultra-puissants. Mais ce n'est pas mon genre !)

    Pendant quelques temps, vous préférerez oublier cet épisode désastreux. Mais quand, quelques semaines plus tard, à la faveur d'une de ces légères engueulades qui cimentent la vie du couple, vous lui reprocherez son manque d'implication dans les corvées du foyer, il vous répondra benoîtement, avec une candeur confondante : " Quand même, tu exagères ! J'ai passé l'aspirateur l'autre jour !"

    Quand ? Il ne s'en souviendra jamais. Les détails ? Il les aura occultés. Mais avoir passer l'aspirateur un jour, ça il s'en souviendra toujours !

    Le complexe de l'hippocampe

    Mais au-delà de cet épisode de pure fiction (qui ne vaut vraiment pas la peine d'être raconté dans son blog), l'homme moderne confirmera son génie de la chose mécanique et électronique en nous faisant partager numériquement sa passion, sa vie trépidante de géniteur zélé qu'il sera de bon ton d'admirer et d'applaudir.

    Franchement, il croit vraiment nous impressionner, l'homme moderne ? Nous aussi, on en a des enfants. Et on sait bien que, même si ça réclame souvent de la patience et engendre de la fatigue, ça n'a rien d'héroïque. Franchement, il croit vraiment être exemplaire, l'homme moderne ? Il croit vraiment être le seul au monde à veiller sur sa nichée ? Et le papa hippocampe, alors ? C'est de la crotte ?

    C'est qu'il aura beau complexer de ne pas être justement un hippocampe, ce pauvre homme moderne... On sait que la science ne lui permettra pas avant un bon moment selon toute vraisemblance. On peut le déplorer pour mille raisons mais nous n'en retiendrons qu'une.

    C'est que cela nous prive assurément du bonheur de pouvoir lire un jour son blog, dont on imagine déjà le titre (et son énorme potentiel publicitaire) : "Grossesse et vergetures d'un jeune papa" !

     

     

     

    « Faire sa propre bande dessinée facilementLabo d'archéologie : les chevaliers »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Mai 2015 à 08:14
    Un billet qui sent le papa fier de lui, avec grosse envie de le partager à la terre entière. Je trouve que ta vision du "papa ancien" est un peu simpliste. Il y a quand même tout un tas d'éléments économiques et socials qui ont influencé ce profil de "père distant" Dans de nombreux ouvrages qui racontent des histoires de famille si le père est présent il s' investi toujours. Je pense à la gloire de mon père, la petite maison dans la prairie etc .... c'est sûr ils ne s' investissent pas au point de vu de la logistique des langes je te l'accorde. "Un truc de femme" avec mon recul de maman, quatre enfants, qui au début de sa vie maternelle rêvait d'une parfaite parité, à présent je ne vois pas ce qu'apporte ce type de partage des tâches. Rapidement, mon mari s' est occupé des plus grands. Les plus jeunes ont eu alors le désir intense de vite grandir pour partager des moments avec la figure paternelle. La vie moderne " facile" et l'éclatement des cellules familiales ont permis la généralisation de l'homme moderne. Oui, c'est très sûrement notre avenir, si rien ne l'oblige à reprendre les fonctions qu'ils avaient d'antan.
    2
    Lundi 11 Mai 2015 à 10:48

    Bien sûr, Maman Poisson, que c'est simpliste ! Il ne s'agit pas d'un "reportage" mais juste d'une petite parodie légère. En tout cas, c'était l'idée. Quelques caricatures dans le seul but de s'amuser. ;) Je vous sens grognonne aujourd'hui. :)

    3
    maman poisson
    Lundi 11 Mai 2015 à 11:40
    Nan mais en fait même si c'est léger, c'est vrai que c'est un sujet qui m'a beaucoup touché J'ai un mari souvent absent à cause de son métier de militaire et on lui reproche souvent son côté distant et sa voie rocailleuse;). Une de mes filles avait fait une dépression de l'enfant suite à sa mutation. Donc je pense que malgré le ton léger ( que j'avais bien compris je te rassure) c'est mon coeur qui a pris le dessus sur mon commentaire.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :