• Halte à la barbarie des barbarismes

    Pour les amoureux de la langue, les mots sont comme des notes de musique, les phrases comme des mélodies. Ils se régalent à écouter un beau texte comme des mélomanes à un concerto. Mais comme les instrumentistes sont nombreux, ils n'ont pas tous l'aisance des grands virtuoses. Certains nous bercent malgré tout d'agréables ritournelles quand d'autres, grossiers massacreurs de fanfares, multiplient couacs et canards.

    Vous l'aurez compris, mon oreille musicale souffre trop souvent de se faire écorcher par le mauvais trompettiste de la fosse d'orchestre. Rien ne me hérisse plus le poil que d'entendre des expressions bancales, des mots écorchés ou des phrases approximatives.

    Halte à la barbarie des barbarismes

    Hélas, nous en sommes cernés. Voici quelques exemples de ce qui sort souvent fièrement de la bouche de ceux qui, pourtant, sont allés à l'école.

    Si vous êtes vous-même un adepte d'une ou plusieurs de ces expressions fautives, rien n'est perdu, vous allez voir ici pourquoi il faut arrêter de les utiliser.

     

    • Au jour d'aujourd'hui !

    Très à la mode depuis quelques années. Généralement clamé avec force pour appuyer une conviction péremptoire. Sauf que... "Hui" signifie "ce jour" en ancien français. Aujourd'hui est donc déjà un pléonasme !

    Pas besoin d'en rajouter sinon vos phrases commenceront par l'équivalent de " Au jour du jour de ce jour ! " Et oui, dit comme ça, c'est parfaitement ridicule.

     

    • le truc à machin

    C'est vrai qu'on l'utilisait il y a de nombreuses décennies pour parler de la bande à Bonnot. Mais c'était alors du parler populaire, c'est-à-dire de gens peu instruits. C'est par référence qu'on l'a utilisé plus récemment, par effet de style. Hélas, ça a fait florès et on le voit se propager dans les médias et sur les affiches.

    Revenons aux bases : ce n'est pas "la voiture à Papy", c'est "la voiture de Papy" ==> A qui est la voiture ? Elle est à Papy ! C'est donc la voiture de Papy.

     

    •  il m'a dit comme quoi...

    Là, c'est carrément n'importe quoi. Quand j'entends ce genre de phrase, j'ai les oreilles qui saignent. "Comme quoi" est correct en début de phrase mais jamais après un verbe.

    On ne "dit pas comme quoi...", on ne "raconte pas comme quoi..." mais on "dit que...", on "raconte que..."

     

    • il m'a insulté de... et son corollaire  il m'a traité...

    En vogue également. J'ai même un jour surpris avec effroi cette horreur en une d'un article de presse (Et oui, n'oublions pas que les journalistes sont allés à l'école. Ça explique sans doute la piètre qualité de la presse en général.).

    Encore une fois, il faut revenir aux bases : "traiter" peut être employé dans le sens "d'insulter" mais dans ce cas, il doit obligatoirement être suivi d'un attribut du COD. A contrario, "insulter" n'est jamais suivi d'un attribut du COD.

    On "traite quelqu'un de quelque chose", donc on "l'insulte" ! Et pas l'inverse !

     

    • le classique  après que... + subjonctif.

    Si on utilise effectivement le subjonctif après "bien que", c'est bien un temps de l'indicatif qu'il faut employer à la suite de "après que". Que tout le monde ne le sache pas, c'est normal mais que des gens dont le métier est l'écriture (et c'est encore aux journalistes que je pense) se permettent ce genre de fautes systématiquement...

    Même si ça parait curieux à l'oreille, la construction juste n'est pas "après que je sois arrivé" mais bien " après que j'étais arrivé".

     

    • Faire montrer

    C'est une erreur courante chez les enfants. Mais là où c'est plus grave, c'est qu'elle demeure chez certains à l'âge adulte. C'est la confusion entre "faire voir", synonyme de montrer et "faire montrer quelque chose par quelqu'un", c'est-à-dire demander à un tiers de montrer quelque chose.

    On peut dire "Je vais te faire montrer les photos par ma sœur" mais si on veut montrer soi-même, il faut se contenter de dire "Je vais te montrer les photos" ou bien "Je vais te faire voir les photos".

     

    • malgré que

     A ne pas confondre avec "bien que". Malgré s'utilise seul, immédiatement suivi d'un groupe nominal.

    On ne dit pas "il a fini la course malgré qu'il soit tombé" mais "il a fini la course malgré sa chute".

     

    • aller au coiffeur, au docteur,...

    Encore un classique ! Sauf qu'en l’occurrence, on a affaire à des personnes et pas à des choses. Pas de problème pour aller au supermarché, c'est un lieu. La vache peut aller au taureau mais c'est une expression qui a un sens précis (et ce n'est certainement pas dans le même objectif que vous rencontrez votre coiffeur ou votre médecin).

    Donc, si on a besoin d'une bonne coupe ou d'un médicament, on va "chez le coiffeur" ou "chez le docteur".

     

    • s'avérer faux

    On trouve aussi son cousin "s'avérer vrai". Si ce dernier est un pléonasme, le premier est carrément un contresens. Avérer signifie se "révéler vrai". Par exemple, un fait peut être avéré. Rien au monde ne peut s'avérer faux.

    "S'avérer faux" a donc à peu près autant de sens qu'escalader vers le bas.

     

    •   Le postulat de départ

    On nage en plein pléonasme. Un postulat, c'est une proposition acceptée comme début d'une démonstration. Donc, par définition, le postulat est forcément de départ.

    Si on tient vraiment à l'utiliser, c'est tout seul : le "postulat" et c'est tout.

     

    Il s'agit d'un petit panel de quelques fautes courantes mais on pourrait en trouver bien d'autres, parfois plus difficiles à repérer. Vous pouvez vous fier à quelques spécialistes qui vous l'expliqueront mieux que moi:

    Site de l'Académie française:

    Dire, ne pas dire

    Où l'on s'aperçoit que malgré tous nos efforts, on est loin d'être irréprochables, moi le premier.

     

     

     

    « Ils osent tout...La preuve par l'absurde »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Avril 2015 à 19:01

    j'ajoute le "comme si que" de mon mari qui me fait l'effet d'une aiguille plantée dans l'oreille ! :D 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :